Maison

Défi zéro déchet n°3 du mois de Février 2019 : Remplacer les cotons tiges en plastique

Même si la loi Biodiversité prévoyant l’interdiction à la vente des produits en plastique jetables comme la vaisselle, les pailles ou les cotons tiges, risque d’être reportée à 2021 grâce à un sympathique sénateur qui veut assouplir le projet de loi, autant prendre de l’avance et s’y atteler tout de suite puisqu’ils ne seront fatalement plus commercialisés un de ces jours pour notre plus grand bonheur!

Pourquoi arrêter les cotons tiges en plastique ?

  • Parce que comme les pailles, ces petits ustensiles bien pratiques mais pas toujours recommandés, sont trop petits pour être recyclés. Ils échappent aux circuits de recyclage du plastique et finissent souvent dans les océans puis les estomacs des oiseaux et mammifères marins.
  • Parce que la production de coton et de plastique est gourmande en eau et en énergie.

Quelles sont les alternatives ?

1. Les cotons tiges écoresponsables :

D’abord, on mise sur les cotons-tiges en coton biologique dont la culture est moins gourmande en eau, certifiés Ecocert. Mieux vaut qu’ils soient non blanchis ou au moins non blanchi au chlore mais plutôt à l’eau oxygénée qui est moins nocive. Ensuite, il existe de nombreuses alternatives au bâtonnet en plastique des cotons-tiges, qui sont bio-dégradables ou compostables comme :

  • les cotons-tiges en carton ou papier (environ 1 euro la boîte de 200), à retrouver ici.
  • les cotons-tiges en bambou (environ 4 euros la boîte de 100), à retrouver ici.
  • les cotons-tiges en bois (environ 50 centimes la boîte de 100)

2. Les cure-oreilles ou « oriculi » :

Késako ? Il s’agit de petits ustensiles, une sorte de petite « pelle » arrondie qui permet de récupérer le cérumen à l’entrée du conduit auditif. Tout comme les cotons-tiges, il ne faut pas les insérer dans le conduit auditif sous peine de se blesser mais simplement récupérer l’amas de cire au bord de l’orifice auriculaire. Il en existe 2 types, tout les 2 réutilisables à l’infini :

  • le cure-oreilles en métal (de 1 à 4 euros l’unité), vous en trouverez sur Amazon.
  • l’oriculi, un petit ustensile en bois japonais (environ 2 euros l’unité), à retrouver ici ou sur Lamazuna.

3. Vos auriculaires :

Et oui la nature est quand même bien faite. Il paraît que l’on a un petit doigt, même 2! un par oreille dis donc quelle coïncidence! nommés auriculaires et qui comme leur nom l’indique a été prévu pour nettoyer nos oreilles. Sa taille est parfaite pour ne pas se blesser, pas de risque qu’il aille plus loin dans le conduit auditif. Il suffit d’insérer son auriculaire dans l’oreille, ongle à l’arrière et de faire pivoter son doigt vers l’avant pour récupérer le cérumen. On se lave les mains et le tour est joué!

4. Les bâtons de cire ou bougie auriculaire :

Késako ? Il s’agit d’un cône en toile cirée, le plus souvent chanvre + cire d’abeille donc 100% naturel, qui s’introduit à l’entrée du conduit auditif et que l’on allume pour éliminer le cérumen. En brûlant, la bougie auriculaire a deux effets sur votre conduit auditif :

  • Grâce à la chaleur qui pénètre dans l’oreille, l’irrigation sanguine est stimulée, et le ramollissement du cérumen est favorisé.
  • La remontée d’air chaud que la bougie provoque permet de créer un « effet cheminée : une aspiration à la base du cône : les impuretés et les dépôts présents dans le canal auriculaire sont alors éliminés.

La bougie auriculaire possède également d’autres avantages : elle réactive la respiration cutanée, et rétablit la tension correcte du tympan qui peut être mise à mal par des variations de pression (séjour en montagne, voyage en avion, pratique de la plongée…).

Mode d’emploi

Se servir d'une bougie auriculaire en 3 étapes

  1. Allongé sur le côté, vous devez introduire la partie mince du cône dans votre oreille.
  2. Une fois le cône correctement positionné, allumez la partie supérieure (l’aide d’une tierce personne est fortement recommandée).
  3.  Attendez ensuite que la bougie se consume jusqu’à la bague brise flamme, puis retirez le cône et plongez-le dans un verre d’eau.

Ces bougies sont vendues par 2, une par oreille, à utiliser seulement toutes les 3 semaines en entretien ou si bouchon de cérumen. Vous en trouverez en magasins bios ou sur les e-shop comme Greenweez.

Je n’ai personnellement jamais testé cette technique mais les avis semblent plutôt positifs. Néanmoins, je pense que c’est une bonne solution pour les personnes qui ont tendance à être sujettes aux bouchons de cérumen mais pour un entretien régulier ce n’est pas très économique sachant qu’un lot de 2 bougies coûte entre 6 et 9 euros pour 1 utilisation par mois.

Le cérumen, à quoi ça sert ?

Le cérumen est une sorte de cire naturelle qui se forme dans le conduit auditif, au niveau de l’oreille externe. Ce n’est pas sale et son rôle est même fondamental, puisqu’il empêche les microbes, les insectes et autres poussières d’entrer plus profondément dans l’oreille. On sait aussi qu’il permet la bonne transmission du son et protège le tympan. Alors on farfouille pas dans les profondeurs du conduit auditif pour tout décaper! Nettoyer le bord des oreilles pour que le miel ne dépasse pas OK! mais c’est tout.

Petit récap nettoyage d’oreille

Le conduit auditif est fait pour s’auto-nettoyer. Il évacue les débris de peau morte vers l’extérieur par un écoulement qui évacue spontanément cette kératine ainsi que le cérumen qui permet de protéger le tympan. Si vous avez recours systématiquement au coton-tige pour essayer de nettoyer votre oreille, vous repoussez cette kératine au fond du conduit auditif et vous favorisez le bouchon de cérumen. Et là c’est la MERde!!, douleurs et impression d’être dur de la feuille « heeeiinn??? ». Alors pas besoin de se nettoyer les oreilles tous les jours ni d’enfoncer le coton-tige!

  • Nettoyage 1 fois par semaine maximum
  • Si bouchon de cérumen : nettoyage au spray d’eau de mer 1 fois par jour pendant 3 jours consécutifs.
  • Si pas de résultats ou douleur, rendez-vous chez l’ORL pour un ramonage du conduit.

Ma routine nettoyage d’oreille

Je me nettoie les oreilles une fois par semaine sous la douche le jour de mon shampoing. Lorsque je me lave les cheveux, je met le jet d’eau près de mon oreille et je nettoie le bord du conduit avec mon auriculaire. J’en profite pour me nettoyer le pavillon de l’oreille avec un peu de shampoing et je sèche mes oreilles avec ma serviette à cheveux en sortant de la douche. J’utilise un coin de ma serviette pour sécher le pavillon et le derrière de mon oreille et le tour est joué!

Expérience personnelle

L’amoureux réfractaire : Quand on vit à 2, il faut savoir faire des concessions et puis comme je dis toujours, le « zéro déchet » ne doit pas être une contrainte mais un mode de vie qui s’allie à nos habitudes et nos besoins. Pour ma moitié c’était hors de question d’utiliser des bâtons en bois pour se nettoyer les oreilles! Pour lui, le nettoyage des oreilles c’est une habitude quasi-quotidienne et ça se fait avec des cotons-tiges.

Le manque de cotons-tiges : Au début de ma démarche ZD, j’ai voulu bannir les cotons-tiges et passer aux oriculis en bois pour le nettoyage des oreilles. Mais depuis toujours, j’aime me maquiller, à part pour aller au sport, je sors rarement sans maquillage. Le maquillage fait partie de ma routine quotidienne et j’ai rapidement ressenti le manque de cotons-tiges! Foirage d’eye-liner, mascara qui tâche les paupières ou qui dérape sur le nez… autant de situation où j’ai cherché mes cotons-tiges et me suis retrouvée à rattrapé le coup avec du papier Q!

RÉSULTAT : les cotons-tiges ont fait leur retour à la maison mais ils sont désormais en coton biologique avec bâtonnet en papier issu de forêts gérées durablement, certifiés Ecocert et FSC, 100% biodégradables et compostables, y compris l’emballage en carton.

Voilà, vous savez, tout, tout, tout sur les oreilles, maintenant à vous de choisir vos remplaçants!

RECETTE : Gnocchis maison

Vous avez été nombreuses à plébisciter ma poêlée de gnocchis maison sur les différents réseaux sociaux alors je vous en livre la recette!

Le recette initiale est de Cristalgourmandiz, mais je l’ai un peu modifié à ma sauce.

Pour 2 personnes, il vous faudra :

– 350 g de pommes de terre ou patate douce (c’est encore meilleur mais je n’en avais pas à ce moment là)

– 50g de fécule de maïs (Maïzena)

– 70g de farine de votre choix

– 1 c.a.s d’huile d’olive

– sel, poivre, une pincée de muscade.

Méthode :

  1. Éplucher vos pommes de terre ou patates douce.
  2. Faire les cuire dans l’eau bouillante jusqu’à ce que vous puissiez y planter facilement un couteau. (Garder l’eau, elle va vous resservir)
  3. Écraser les avec une fourchette ou passer les au presse-purée si vous en avez un. Saler, poivrer, ajouter la muscade.

4. Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients à la main et former une boule.

5. Séparer votre pâte en 3, fariner votre plan de travail et rouler la pâte en boudin d’environ 1cm de diamètre.

6. Couper en petit tronçons d’environ 2cm et former les stries avec le dos d’une fourchette. (si c’est trop galère, laisser tomber votre estomac ne fera pas la différence!)

 

Image de Cristalgourmandiz

7. Refaire bouillir votre casserole d’eau puis y plonger vos gnocchis. Dès qu’ils remontent à la surface c’est cuit! Sortez les de l’eau.

8. Faites revenir des lardons dans une poêle puis ajouter un oignon et le faire suer.

9. Ajouter un peu d’huile d’olive et faites dorer les gnocchis puis ajouter des champignons et des petits pois (ou autre chose selon vos goûts)

Et voilà c’est prêt! A table!

PS : si comme moi vous avez fait un peu trop de gnocchis, vous pouvez les congeler avant cuisson.

RECETTE : Pastilles effervescentes WC

Pour nettoyer vos toilettes de façon naturelle mais efficace et sans déchet, voici la recette qu’il vous faut.

Ingrédients :
– 100 g d’acide citrique
– 110 g de bicarbonate de soude
– 25 g de cristaux de soude
– 10 g de percarbonate de soude
– 10 gouttes d’HE de lavande vraie
– 10 gouttes d’HE de menthe poivrée
– 10 gouttes d’HE de citron ou pamplemousse
– 1 cuillère à soupe d’eau plate

Méthode :
1. Dans un saladier, verser l’acide citrique, le bicarbonate, les cristaux et le percarbonate de soude puis mélanger avec une fourchette.

2. Ajouter les huiles essentielles une par une tout en mélangeant.

3. Verser la cuillère d’eau et continuer à mélanger.

4. Verser le mélange dans des bacs à glaçons ou moules en silicone en tassant bien. Si comme moi, vous n’avez pas de bac à glaçons, j’ai utilisé une cuillère parisienne (pour faire les billes de melon) et j’ai placé mes pastilles sur une plaque pour qu’elles sèchent.

5. Laisser sécher pendant 24h. Les pastilles vont se solidifier.

6. Démouler et conserver dans un bocal à l’abri de la lumière.

Comment les utiliser ?

Je dépose une pastille par semaine directement dans la cuvette des toilettes, j’attends que l’effervescence soit terminée puis j’utilise ma brosse WC pour nettoyer la cuvette. Puis tirer la chasse d’eau. Je mets également une pastille dans le pot de ma brosse WC et je la laisse trempée 1h.

L’acide citrique et le bicarbonate de soude viendront à bout des saletés et limiteront les dépôts de calcaire. Les huiles essentielles détruiront les microbes et autres micro-organismes grâce à leurs propriétés antibactériennes et antifongiques et apporteront un peu de fraîcheur dans vos toilettes.

Toilettes encrassés ?

Si vos toilettes sont trop encrassés, verser 3 c.a.s de farine dans le fond de la cuvette (sans vider l’eau) puis 3 c.a.s d’acide citrique. Laissez agir quelques heures. Puis tirez la chasse d’eau et frotter avec votre brosse WC.

Voilà ! A vous de jouer maintenant!

RECETTE : Crème à récurer

Marre de vous casser le dos à décrasser votre baignoire pendant 3 plombes, de vous ruiner les biceps à astiquer le lavabo, de sacrifier vos éponges à force d’user d’huile de coude pour nettoyer l’évier ?

Pas de panique! J’ai LA crème à récurer pour venir à bout de vos faïences et vous débarrasser des résidus de savon et autres saletés sans effort. Naturelle, sans produits chimiques, économique, écologique et surtout super efficace, c’est THE BEST!

La recette est simplissime et ultra-rapide alors ce serait bête de s’en priver!

Vous aurez besoin d’une cuillère à soupe, d’un bol en inox et d’un pot hermétique en inox ou en verre pour conserver votre crème. J’ai récupéré le pot de mon baume réparateur Clémence et Vivien, il est parfait!

Ingrédients :

  • 4 cas de bicarbonate de soude
  • 1 cas et 1/2 de cristaux de soude
  • 2 cas d’argile verte ou blanche (j’ai utilisé la verte)
  • 4 cas de savon noir
  • 4 cas d’eau
  • 2 gouttes d’Huile Essentielle de tea tree (facultatif, je l’ai ajouté pour son odeur fraiche et ses propriétés désinfectantes

Il suffit donc de mélanger tous les ingrédients dans un bol jusqu’à obtenir une pâte homogène et de transvaser dans votre pot de conservation.

Et voilà c’est prêt! A vos éponges!

Vous pouvez conserver la préparation pendant 6 mois sans problème.

A bientôt pour de nouvelles recettes!

Défis du mois de Janvier 2019
Défi n°1/5 : En finir avec les bouteilles d’eau en plastique

L’année 2019 commence alors place aux bonnes résolutions! Comme promis, j’ai décidé de vous proposer chaque mois 5 défis zéro déchet pour vous aidez petit à petit à adopter un mode de vie zéro déchet avec des gestes simples. Pas la peine de se mettre la pression et de se poser des objectifs inatteignables qui vont vous décourager au lieu de vous faire avancer.

Pour débuter, on commence par se débarrasser des bouteilles d’eau en plastique. C’est un geste simple et qui a un énorme impact sur l’environnement. Quand on voit la pollution engendrée par le plastique dans les océans, les forêts, les rivières…ces continents de déchets flottants et toutes ces particules qui finissent dans nos assiettes, on se dit que changer ses habitudes ça vaut le coup. Et comme je dis toujours, il n’y a pas de petits gestes lorsque ce geste est effectué par 7 milliards d’individus! Ce n’est pas pou rien que le réseau Biocoop ne distribue plus de bouteilles d’eau depuis 2009.

En plus, boire de l’eau du robinet n’a que des avantages : d’abord économique puisque l’eau du robinet, revient à 0,003 € le litre en moyenne, soit même pas 2 € par an pour une consommation de 1,5 litre d’eau du robinet par jour. Quand aux eaux en bouteilles : 0,20 € le litre pour l’eau de source, 0,40 € le litre pour l’eau minérale, soit de 110 à 220 € par an, des montants auxquels il faut ajouter le coût d’élimination des bouteilles en plastique.

Point de vue santé, l’eau du robinet suscite de la méfiance bien qu’elle soit l’eau la plus contrôlée. C’est une eau potable, c’est-à-dire conforme aux exigences sanitaires définies par décret 54 paramètres différents font l’objet d’une surveillance et sont régulièrement contrôlés. Ce sont les pôles Santé et Environnement des Agences régionales de santé, qui en sont chargés. Localement, les services responsables des usines de traitement pour la potabilisation et des réseaux de distribution font également leur propre suivi. Alors on arrête de se casser le dos à porter des packs d’eau en bouteilles de 9kg et on boit l’eau du robinet!

Vous pouvez vérifier la qualité de l’eau du robinet de votre commune ici.

(source UFC Que choisir)

Enfin, l’aspect écologique est indéniable. Nul n’ignore plus que le transport par camion émet des gaz à effet de serre, que le recyclage use de l’énergie qui représente un coût et que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. Si on fait le calcul, en partant sur une base de 2L d’eau par jour et par personne, un foyer de 2 personnes comme le mien aura évité à 1460 bouteilles d’eau de finir dans la nature en une année.

-> Etape 1 : On se procure des bouteilles en verre pour la maison.

Vous pouvez en acheter partout maintenant : hypermarchés, ikéa, solderies type Babou, Tati, Gifi…mais d’occasion c’est encore mieux et le must c’est la récup! Perso, j’ai récupéré des bouteilles de limonades et de bière, j’en ai 3 réservées à l’eau, 1 à température ambiante et 2 au réfrigérateur. Vous pouvez récupérez les bouteilles en verre de n’importe quel produit alimentaire mais je vous conseille les bouteilles à étrier, 100% hermétique, ça évite les fuites si vous allongez vos bouteilles dans le frigo.

-> Etape 2 : On investit dans des gourdes pour l’extérieur.

Bien sûr on ne mise pas sur le plastique! Même si c’est sans BPA, ça reste du plastique! Alors on privilégie l’inox (acier inoxydable) ou le verre qui ne laisse aucun goût à l’eau et sont bien plus écolos. Perso, je vous conseille plutôt l’inox, qui est plus léger que le verre et moins fragile, c’est beaucoup plus pratique pour les petits mais aussi les grands. J’avoue que j’ai versé ma petite larme lorsque j’ai cassé ma 1ere gourde en verre! J’ai voulu bien faire en investissant une bonne somme dans une gourde en verre à bouchon en bambou fabriquée en France alors quand elle m’a glissé des main en la remettant dans son étui protecteur j’ai eu un pincement au coeur! sniff!! Alors pour la suivante j’ai opté pour l’inox qui a une durée de vie plus longue et j’avoue que c’est bien plus léger!

Mais pourquoi l’inox ?

L’acier inoxydable appelé inox, est un alliage à base d’éléments naturels : le fer, le nickel et le chrome. C’est un des matériaux les plus sûrs pouvant contenir des aliments tant liquides que solides, chauds ou froids, et même acides. Sa haute densité (contrairement à l’aluminium de faible densité) et sa résistance à la corrosion en font un matériau à la durée de vie très longue (plus de 20 ans) favorisant ainsi la réduction des déchets. En plus, sa production actuelle est assurée a plus de 50 % à partir de recyclage.

Comment choisir sa gourde ?

Investissez dans une gourde par membre de la famille, chacun la sienne et chacun son utilité et ses besoins.
Quelques questions à se poser lorsque l’on choisit sa gourde:
– Quelle contenance ?
Notre corps a besoin d’1.5 à 2 litres d’eau par jour, mais quelle quantité ma gourde doit-elle contenir ?
– Etes-vous un grand buveur ?
– Avez-vous la possibilité de remplir votre gourde durant la journée?
– Devrez-vous porter la gourde toute la journée dans votre sac (à main, à dos, cartable), la laisser dans votre voiture, au bureau ou à la maison

– Quelles dimensions ?
Où allez-vous placer votre gourde ? Dans un sac à dos ? Sur un bureau ? Dans un porte-gobelet ?
Hauteur, diamètre et poids peuvent être un élément décisif pour choisir votre gourde.
Si vous remplissez votre gourde au robinet, la hauteur de la gourde est importante afin qu’elle puisse passer facilement sous le robinet par exemple !

– Quel bouchon ?
Il existe différents types de bouchons pour les gourdes:
Bouchon anti-fuite pour éviter les gouttes au fond du sac, dans la voiture ou en sortie
Bouchon sport pour boire tout en mouvement
Bouchon loop ou plat pour boire à même le goulot ou utiliser la gourde comme une bouteille
Bouchon paille pour ne pas à lever la gourde pour s’abreuver…
Et différentes matières: tout inox, inox/bambou, polypropylène.

– Isotherme ou pas ?
L’avantage d’une gourde isotherme est qu’elle maintiendra au frais (24h) comme au chaud (12h) votre boisson.
– Buvez-vous du thé, tisane ou café?
– Avez-vous besoin de maintenir vos boissons fraiches?
– Vous utilisez votre gourde au bureau, en voiture, à la plage, en randonnée?
L’inconvénient reste le poids : composée d’une double paroi inox sous vide, la gourde isotherme pèse donc plus lourd qu’une gourde simple paroi inox mais la différence n’est pas énorme.

– Quels accessoires ?
Certains accessoires peuvent être utiles : une housse de protection pour protéger la gourde d’éventuelles chutes, un mousqueton pour accrocher la gourde à un sac à dos, un infuseur pour les amateurs de thé et tisanes, des bouchons complémentaires selon les activités…

– Pour qui ?
Pour les enfants, mieux vaut privilégier les petits formats jusqu’à 400ml qui se glisseront facilement dans le cartable et ne seront pas trop lourds à porter et utiliser, plutôt avec un bouchon anti-fuite ou sport qui sont plus faciles à utiliser pour les tout-petits. Que ce soit à l’école ou au club de sport, ils auront la possibilité de la remplir.
Pour les adultes, à chacun ses besoins alors à vous de vous poser les bonnes questions pour choisir la gourde la mieux adaptée à votre mode de vie.

Le mieux serait bien sûr de miser sur du Made in France, malheureusement il n’existe aucun fabriquant français de gourdes en inox.

Voici ma sélection de gourdes inox de marques éthiques et éco-responsables malgré une fabrication souvent asiatique :

Laken, entreprise espagnole spécialisée dans le matériel d’hydratation, lunch-box et popote de camping et de randonnée en aluminium et en acier inoxydable depuis 1912. Elle propose des gourdes en inox isotherme de 350 à 750ml, attention cependant il y a aussi un large choix de gourdes en aluminium. Malgré l’obtention de la mention okotest en 2004 pour leurs gourdes alu, cela reste un matériau controversé alors on évite! On choisit la gamme de gourde Futura disponible en 350, 500 et 750 ml, différents coloris.
Le + : Propose une large gamme de housses en néoprène pour les enfants et des gourdes « zahato », traditionnelle gourde en peau de vache des bergers basque, 100% fabriquées en Espagne.

Gaspajoe, marque française fondée en 2010, conçoit et développe des gammes de bouteilles, gobelets et pailles en acier inoxydable fabriqués en Asie dans une optique de protection des fonds marins. Elle propose 5 gammes de gourdes isothermes ou non de 350, 450, 700 et 1000ml au design sympa et girly.
Le + : Un design épuré sur des notes asiatiques et marines, une vision éco-responsable.

Qwetch, entreprise française fondée en 2012, propose des gourdes isotherme ou non de 260 à 1500ml fabriquées en Chine dans des usines sélectionnées pour leur démarche qualité et leur engagement au niveau social et gérées en direct par l’équipe Qwetch. Les accessoires sont en coton bio et sont certifiés GOTS.
Le + : Cette entreprise française s’est engagée auprès de deux associations : Couleurs de Chine qui œuvre pour permettre aux jeunes filles de minorités ethniques MIAO d’aller à l’école et Génération Cobayes qui informe les jeunes sur l’impact de leur comportement au quotidien sur la santé et l’environnement.

24 bottles, marque italienne fondée à Bologne en 2013, propose toute une gamme de gourdes en inox avec bouchon inox, de 250 à 1000ml. Chaque produit créé en Italie est fabriqué de manière responsable en Chine. Les accessoires en coton & cuir sont made in Italie ou Europe.
Le + : super choix de couleurs/design, et ils reversent 10% de certains produits à l’association Clean Ocean Project.

Klean kanteen, marque américaine qui propose des gourdes isothermes ou non, 100% inox de 355 à 1900ml et même des biberons!
Le + : une multitude d’accessoires de remplacement comme les bouchons, les joints silicone…
Klean Kanteen® est membre du 1% pour la Planète depuis 2008 et Certifié B Coporations depuis 2012.

Pour quelle gourde ai-je opté?

Pour mes besoins personnels, j’ai choisi la gourde Friendly de chez Gaspajoe. D’abord je voulais une gourde isotherme car je vis dans le sud et que je passe beaucoup de temps dans ma voiture donc il me fallait une gourde qui maintienne au frais. Je suis une assez grosse buveuse mais j’ai la possibilité de remplir ma gourde régulièrement chez mes patients donc la contenance de 700ml de la Friendly est parfaite. Je suis aussi une amatrice de thé, tisane et infusions de plantes en hiver et de fruits en été donc j’ai été séduite par le filtre et infuseur proposés avec cette gourde. Ensuite je trouve le petit bouchon très pratique pour boire surtout quand on est en voiture et le grand bouchon idéal insérer des fruits et pour nettoyer facilement la gourde. Même si ces bouchons ne sont pas l’idéal car en plastique sans BPA, ça ne me gêne pas car le culot de la bouteille sur lequel on pose la bouche est en inox et le bouchon ne laisse aucune odeur. Enfin, mon côté girly m’a fait tombé sous le charme des jolis design de Valérie Mercier et j’ai opté pour la Friendly Colibri, mon oiseau préféré!

-> Etape 3 : Utiliser l’eau du robinet correctement

D’abord on n’utilise pas l’eau chaude du robinet pour tout ce qui est alimentaire (thé, cuisson…)car la solubilité de certains métaux comme le plomb augmente avec la température. Mais je vous vois venir, pas de panique! Les résidus de plomb dans l’eau de distribution est minime, les réseaux de canalisations en plomb ont pour la plupart été remplacés et sont maintenant interdites, le seul risque réside dans les canalisations de votre habitation. Si c’est le cas, laissez un peu couler l’eau avant de vous servir (oui je sais c’est pas super écolo!).

Si vous trouvez que votre eau a un goût de chlore ou de calcaire, remplissez vos bouteilles en verre puis placez les au frigo pendant 1h et le goût disparaitra. Dans tous les cas, évitez de consommer l’eau directement sortie du robinet, laissez la décanter dans vos bouteilles ou une carafe couverte. Renouveler l’eau de vos bouteilles toutes les 24h et ne laissez pas une bouteille ouverte plus de 48h pour éviter toute contamination. Pensez aussi à nettoyer régulièrement vos bouteilles et gourdes, au moins 1fois/semaine. Utilisez un goupillon pour bien nettoyer au fond et insistez sur les pas de vis des gourdes où vous posez votre bouche. J’utilise tout simplement du produit vaisselle et du vinaigre blanc bouilli s’il y a des traces de calcaire.

Pour en savoir plus sur l’eau du robinet et vous rassurez sur sa qualité, rendez-vous ici.

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aidera à faire votre choix et changer vos mauvaises habitudes.

Bonne année à toutes et tous et bon courage dans la réalisation de vos bonnes résolutions!

Cuisine zéro déchet
Faire ses courses zéro déchet 3/3

Règle n°3: Trouver ses fournisseurs de vrac et de produits frais

Maintenant que vous êtes équipés de vos tups et sacs à vrac en tissu, prêts à en découdre avec le suremballage, sur quel champ de bataille se lancer? Oui j’ai bien dis champ de bataille car pour les produits frais, la tâche n’est pas si simple! Faute aux normes d’hygiène françaises ou à la connerie des gens, vous essuierez des défaites aux rayons frais…

BOUCHERIE BIO

MOI: « Bonjour Monsieur (grand sourire), je pourrais avoir 2 escalopes de dinde dans mon tup s’il vous plaît? (méga sourire)

LE BOUCHER: « Ah non ça madame c’est pas possible! Question d’hygiène! »

MOI: « Comment ça question d’hygiène? il est propre mon tup! »

LE BOUCHER: « Oui mais non madame c’est les règles d’hygiène je ne peux pas vous servir là dedans, je suis obligé d’emballer »

MOI: « Mais votre papier plastifié qui traine toute la journée sur votre présentoir, tripoté par vos 2 collègues et vous, il est pas plus propre que mon tup!  »

LE BOUCHER: « Les règles c’est les règles madame désolé. » (suite…)

Cuisine zéro déchet
Règle n°1 : Faire ses courses zéro déchet 2/3

 

Règle n°2 : Privilégier les emballages réutilisables ou recyclables à défaut du vrac

Selon les régions, il n’est pas toujours facile de trouver des produits vendus en vrac même si le marché tend à se développer. Pour vous aider, téléchargez l’application Bulk ou Consovrac qui vous aideront à trouver des fournisseurs.


(suite…)

Cuisine zéro déchet
Faire ses courses zéro déchet 1/3

 

Règle n°1 : Privilégier le vrac

C’est bien là, la clé du Zéro-déchet, LE VRAC. Et oui, pas d’emballage à l’achat donc rien à jeter au retour des courses ! Logique !
Pour faire ses courses en vrac, il faut d’abord se procurer de quoi ramener vos provisions mais aussi de quoi les stocker dans vos placards.
Pour tout ce qui est sec comme les féculents (riz, pâtes, quinoa, boulgour…), les fruits et légumes secs (lentilles, amandes, noisettes…), la farine, le sucre ou le muesli j’utilise des sacs en tissu. Vous pouvez en acheter (à la Biocoop par exemple) ou bien les fabriquer vous-même (j’en ai réalisé plusieurs avec un vieux pantalon en lin que je ne mettais plus).


(suite…)

Ma salle de bain zéro déchet ou presque!

Le jour où je me suis lancé dans le Zéro Déchet, j’ai ouvert le placard de ma salle de bain avec ses 3 étagères et ses 3 tiroirs, et là Oh MY GOD !! Je me suis rendue compte de l’étendue de l’accumulation de produits en tous genre. Paniers remplis de tubes et flacons en plastique, de boites en cartons et autres échantillons… Comment j’ai pu entasser autant de trucs dont je ne me sers pas ou plus ? Oui j’ai été une super consommatrice de cosmétiques et de box beauté avant d’être BamBIOute, comme quoi il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis ! J’avais par exemple en ma possession 6 brosses à cheveux, ben oui fallait celle pour les cheveux mouillés, les cheveux secs, le brushing, la mise en plis, la frange… Haha! Alors qu’à part me démêler les cheveux je ne me fais jamais de coiffures hormis aux grands évènements comme les mariages. Faut être con ! Lol ! Bref revenons à nos moutons.
Pour avoir une salle de bain Zéro Déchet comment on fait ?


(suite…)